Site de la commune de Villandry (Indre-et-Loire, 37). Son histoire, son Château, son actualité. Préparer son séjour à Villandry.
 

Patrimoine et monuments

Le château de Villandry Les jardins du château Les jardins du château Les jardins du château Les jardins du château La cour du château

Villandry, achevé vers 1536, est le dernier des grands châteaux qui furent bâtis sur les bords de Loire à l'époque de la Renaissance. Villandry fut construit par un ministre des finances de François 1er, Jean le Breton, il avait surveillé et dirigé pendant de longues années la construction de Chambord, pour le compte du roi François 1er . Auparavant, il avait été ambassadeur à Rome, où il avait pu à loisir étudier l'art des jardins.

Les descendants de Jean le Breton conservèrent Villandry jusqu'en 1754, année où il devint propriété du marquis de Castellane, ambassadeur du Roi et issu d'une très illustre famille de la noblesse provençale. Ce dernier fit construire les dépendances de style classique, la conciergerie et la basse-cour situées de part et d’autre du château.

Au XIXe siècle, on détruisit le jardin traditionnel pour créer un parc à l'anglaise autour du château.

En 1906, le Château fut acheté par le Docteur Joachim Carvallo, né en Espagne en 1869. Il abandonna la brillante carrière scientifique qu'il menait alors, pour se consacrer uniquement à Villandry. Il sauva ainsi le château qui était sur le point d'être démoli et créa, en pleine harmonie avec l'architecture Renaissance de ce dernier, les jardins que nous voyons aujourd'hui.

Les jardins de Villandry

L'originalité de Villandry ne se situe pas seulement dans une conception architecturale novatrice, elle est aussi dans l'utilisation qui a été faite du site pour y construire en pleine harmonie avec la nature et la pierre, des jardins d'une remarquable beauté. Une petite vallée parcourue d'un ruisseau, descend du plateau au sud. Sa pente va permettre d'étager en terrasses trois niveaux de jardins.

Le Jardin d’Ornement

Il se trouve au dessus du potager et constitue la prolongation des salons du château. Il est composé de quatre carrés ayant chacun une signification symbolique se rapportant au théme de l’amour :

  • "l'Amour tendre" est symbolisé par des cœurs séparés par les flammes de l'amour dans les coins.
  • "l'Amour passionné" toujours des cœurs mais, cette fois-ci, brisés par la passion. Les massifs de buis sont enchevêtrés et forment un labyrinthe car il y a là également une évocation de la danse.
  • "l'Amour volage" où les quatre éventails et les ailes de papillon symbolisent la légèreté des sentiments.
  • "l'Amour tragique" les dessins représentent des lames de poignards et des glaives utilisés au cours des duels causés par les rivalités amoureuses

De l'autre coté du canal est situé le deuxième salon de buis, évoquant de façon symbolique la musique. Les grands triangles représentent des lyres, à côté desquelles figurent des harpes, et, entre les lyres, des chandeliers pour éclairer la partition musicale.

Le Jardin d’eau

Au dessus du jardin d'ornement à l'extrémité sud du domaine se trouve le jardin d'eau. Celui-ci, d'inspiration classique, centré autour d'une grande pièce d'eau en forme de miroir Louis XV est entouré d'un cloître de verdure.

Le Jardin des Simples

Entre le potager et l'Eglise se trouve, comme dans tous les jardins du Moyen-âge, le Jardin des simples consacré aux herbes aromatiques, condimentaires et médicinales. Le notre comporte une trentaine de variétés de ces plantes bienfaisantes que nos ancêtres considéraient comme indispensables à la vie familiale.

Le Potager

Entre le château et le village se trouve le jardin potager de la Renaissance. Il est composé de neuf carrés de même taille mais à l'intérieur desquels les motifs géométriques sont tous différents.

Ces carrés sont plantés de légumes dont les couleurs alternent entre elles (bleu du poireau, rouge du chou et de la betterave, vert jade des fanes de carottes) pour donner au regard l'illusion d'un damier multicolore.

L'origine du jardin de légumes remonte au Moyen-âge. En effet, les moines dans leurs abbayes, aimaient disposer leurs légumes selon des formes géométriques. Les nombreuses croix du potager de Villandry nous rappellent cette origine monacale. De plus, pour égayer son parterre, le moine y ajoute des rosiers-tiges. Ceux-ci, plantés de façon symétrique symbolisent, selon une vieille tradition, le moine en train de bêcher son carré de légumes.

La deuxième influence viendra d'Italie à la Renaissance et apportera à ce potager monacal ses éléments décoratifs : ses fontaines, ses tonnelles et ses carrés de fleurs.

Les jardiniers français du XVIe siècle vont donc réunir ces deux inspirations, monacale française et italienne pour créer un jardin dont ils avaient besoin pour les roses et les légumes nouveaux venus d'Amérique, qu'ils appelleront le "potager décoratif".